lundi 26 août 2013

Les Sous-marins du type Roland Morillot

 
Officier de la Luftwaffe inspectant le La Praya (Collection Wilfried Langry)

La Marine Française a développé très tôt son arme sous-marine qu’elle considérait comme une arme de défense face aux grandes flottes océaniques. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la composante sous-marine resta un axe majeur de développement, malgré les attaques des anciens alliés qui voulaient le bannissement pur et simple de cette arme.
Deux grands types de sous-marins furent développés au cous de l’entre deux guerres : le sous-marin océanique dit de 1ère classe et le sous-marin côtier dit de seconde classe.
La classe Roland Morillot appartenait au premier type et constituait une amélioration des premiers 1500t de type Redoutable.



L’ingénieur Paoli fut chargé de diriger les études qui débutèrent au début des années trente. Le projet Z de 1600t fut présenté et c’est la seconde version, Z2, qui fut choisie pour devenir la classe Roland Morillot.
Par rapport aux modèles plus anciens, plusieurs améliorations furent apportées : la pression de l’air HP était portée à 250 Kg/cm2, les mâts radio rabattables étaient supprimés, une cabine d’écoute était installée et la coque épaisse devait être soudée.
The French Navy has developed its submarine weapon as a weapon of defense against large ocean fleet. At the end of the First World War , the submarine component remained a major development , despite the attacks former allies who wanted outright ban on this weapon.
Two major types of submarines were developed necks between the two wars: the ocean going submarine called first class and the coastal submarine called second class.
Roland Morillot class belonged to the first type and was an improvement from the first 1500t Redpoutable class .
The engineer Paoli was responsible for directing the studies that began in the early thirties . The Z project 1600t was presented and it is the second version , Z2, which was chosen to be the class Roland Morillot .

Compared to older models, several improvements were made : the air pressure was increased to 250 HP Kg/cm2 , folding radio masts were removed, a cabin listening was installed and the pressure hull had to be welded .

Le Roland Morillot (Q191) est commandé au titre de la tranche 1934 par la loi du 12 juillet de la même année. La mise en chantier n’interviendra que le 20 janvier 1937 lorsque les premiers matériels seront approvisionnés. La mise sur cale à l’arsenal de Cherbourg aura lieu le 1er décembre 1937. Un second bâtiment nommé La Praya (Q198) est commandé par la loi de finance du 31 décembre 1937 et fait partie du contingent 1937. Cette tranche devait initialement comprendre deux sous-marins de seconde classe, mais ils sont remplacés par un sous-marin de première classe face à la montée des tensions internationales. Les premiers éléments du La Praya sont livrés le 1er mars 1938 à l’arsenal de Cherbourg. La mise sur cale interviendra le 2 novembre 1938 en cale n°4, là où se trouve déjà le Roland Morillot
La troisième unité de cette classe est  également autorisée par la loi de finances du 31 décembre 1937. Il s’agit de La Martinique (Q199) dont le début des travaux intervient le 1er septembre 1938. La mise sur cale n’interviendra que le 15 juin 1936 à l’arsenal de Cherbourg.
La situation internationale se dégradant de plus en plus, une tranche 1938 bis est adoptée  le 2 mai 1938 et deux nouveaux 1600t sont autorisés : La Guadeloupe (Q204) et La Réunion (Q205). Ils seront également construits à Cherbourg.
Roland Morillot ( Q191 ) is controlled controlled under the tranche 1934 by the Act of 12 July of the same year. The launching will take place on 20 January 1937, when the first equipment will be supplied. Putting down the Cherbourg Arsenal will take place on 1 December 1937. A second building called La Praya ( Q198 ) is controlled by the Finance Act of December 31, 1937 and is part of the 1937 quota . This tranche was initially include two submarines second class, but they are replaced by an underwater first-class face of rising international tensions . The first elements of the Praya come March 1, 1938 in the arsenal of Cherbourg. Putting down place on November 2, 1938 in hold No. 4 , where is already the Roland Morillot .
The third unit of this class is also authorized by the Finance Act of December 31, 1937 . This is the Martinique ( Q199 ) whose early work occurs on 1 September 1938. Putting down only happen June 15, 1936 in Cherbourg arsenal .
The international situation deteriorated more , a portion 1938 a is adopted May 2, 1938 and two new 1600t are allowed : Guadeloupe ( Q204 ) and Reunion ( Q205 ) . They will also be built in Cherbourg.

En conséquence du déclenchement des hostilités, dès le 7 septembre 1939, l’Amiral Darlan annonce l’arrêt de la construction des Martinique, Guadeloupe et Réunion. Ces bâtiments n’étaient pas encore sur cale. Les travaux sur les Morillot et La Praya doivent continuer et sont même accélérés.
As a result of the outbreak of hostilities on 7 September 1939, Admiral Darlan announces halt to the construction of Martinique, Guadeloupe and Reunion. These buildings were not yet down. Work on La Praya Morillot and must continue and even accelerated.


Fin janvier 1940, les premiers sous-marins de croisière du programme naval doivent être retirés du service. La reprise de la construction des 1600t est ordonnée pour compenser la perte de potentiel de la flotte sous-marine. Six submersibles supplémentaires sont également commandés au titre du décret du 1er avril 1940. Il s’agit des Ile de France, Ile de Ré et Ile d’Yeu ainsi que trois autres non encore nommés. L’Ile de France et l’Ile de Ré sont attribués aux chantiers Dubigeon de Nantes pour une mise en chantier prévue le 21 mars 1940. La mise sur cale ne devait pas intervenir avant janvier et juillet 1941 respectivement.
In late January 1940, the first submarine cruise naval program must be removed from service. The resumption of construction of 1600t is ordered to compensate the potential loss of the submarine fleet. Six additional submarines are also controlled under the decree of 1 April 1940. These are the Ile de France, Ile de Re and Ile d'Yeu and three others not yet named. The Ile de France and Ile de Ré are allocated to projects Dubigeon Nantes starting construction scheduled for 21 March 1940. Putting down should not occur before January and July 1941 respectively.

Les épaves des deux sous-marins (Collection Wilfried Langry)

En juin 1940, le Roland Morillot est à 76% d’achèvement (son lancement est alors prévu pour septembre 1940), le La Praya à 43% et La Martinique à 20%. Les trois bâtiments sont sabordés avant l’arrivée des allemands. Le 19 juin, sur ordre du capitaine de corvette Petitot*, une grenade ASM de 35 kg fait sauter le Morillot qui se couche sur le flanc droit. Le toit de la cale est également soufflé et s’écrase sur les deux navires. Le La Praya est quant à lui incendié. Les allemands furent un moment intéressés par l’achèvement du La Praya, mais renoncèrent rapidement à leur projet.
In June 1940, Roland Morillot is 76% completion, La Praya to 43% and 20% in Martinique. The three buildings are scuttled before the arrival of the Germans. A grenade ASM 35kg blew the Morillot which lies on the right flank. The roof of the wedge is blown and crashes on the two ships. The La Praya is itself set on fire. The Germans were one interested in the completion of the Praya moment, but quickly gave up their project.

*: Le capitaine Petitot était alors en charge du suivi des travaux du Roland Morillot. Il devait prendre le commandement de ce dernier dès ses premiers essais.

Photo rare et inédite de l'état des sous-marins prise du La Praya 
(collection Wilfried Langry)
Les Roland Morillot et La Praya à l'arrivé des allemands (collection Wilfried Langry)

Caractéristiques :
Déplacement (surface) : 1810 t
Déplacement (plongée) : 2418 t
Longueur : 102,5 m
Largeur : 8,3 m
Tirant d’eau : 4,8 m
Nombre d’accumulateurs : 320
Rayon d’action en surface : 4400 nautiques à 10 nds
Rayon d’action en plongée : 85 nautiques à 5 nds
Vitesse maximale en surface : 23 nds
Vitesse maximale en plongée : 10 nds
Profondeur maximale : 80 m
Motorisation en surface : 2 diesels Sulzer développant 6000 cv chacun
Motorisation en plongée : 2 moteurs électriques développant 1150 cv chacun
Tubes lance-torpilles : 13 de 550 mm
Torpilles en réserve : 8
Artillerie : 1 canon de 100 mm SM36 (en cours d’essai), équipement d’un canon de 130 mm SM36 à l’étude.
DCA : 1 affût double de 13,2 mm SM14
Endurance : 40 jours
Equipage : 70 officiers et matelots



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire